Tout ce que vous devez savoir sur le Marketing d'Influence

 Collaboration de Princesse tam.tam avec des blogueuses 

Collaboration de Princesse tam.tam avec des blogueuses 

Le marketing d’influence est apparu avec la montée en puissance des réseaux sociaux et l’explosion des contenus. Journalistes, blogueurs ou autres experts : les influenceurs numériques sont présents sur plusieurs plateformes du web social. Leurs sujets de prédilection sont variés : alimentation, beauté, fitness, décoration, bricolage, lecture. Véritables prescripteurs, ils interagissent avec leur communauté de façon régulière.

Pour les marques, le marketing d’influence consiste donc à identifier les influenceurs capables de diffuser leur message et de mettre en place par la suite des collaborations. Celles-ci peuvent être très diverses : lancement d’un nouveau produit, travail sur la notoriété de la marque, augmentation de la visibilité sur le web, création de contenu, présence lors d’événements, etc.

Qu’est-ce que l’influence sur les réseaux sociaux ?  

L’influence fait référence au « processus par lequel la façon de penser ou le comportement d’une personne ou d’un groupe est affecté par l’action d’un tiers » (Mercator 11e édition). 

A l’échelle des réseaux sociaux, cela signifie donc que les influenceurs sont susceptibles d’affecter la perception d’une marque ou d’influer sur les comportements d’achat de leur communauté.

Les consommateurs sont sensibles aux articles et autres contenus produits par les influenceurs. La force de prescription de l’influenceur est également liée à l’existence d’un lien de confiance entre lui et sa communauté. Certains tiennent particulièrement à leur indépendance vis à vis des marques et parlent en toute transparence de leurs partenariats. L’idée n’est donc pas de promouvoir à tout prix n’importe quel type de produit. 

L’influenceur a en général une relation très privilégiée avec son lectorat. Les échanges sont nombreux, les réponses sont personnalisées. Parfois même des rencontres dans la vie réelle sont organisées. Pour les marques, le marketing d’influence devient alors une nouvelle manière de s’adresser à leur cible.

Deux critères sont importants :
- la dimension de la communauté : plus l’audience est large, plus la portée du message est importante.

- la pertinence de l’influenceur : l’univers de l’influenceur et sa cible doivent correspondre à l’identité de la marque partenaire.

 

Comment identifier des influenceurs ?

Il est donc très important pour une marque de savoir identifier les influenceurs avec qui elle est susceptible de collaborer. Pour être efficace, cette recherche peut s’appuyer sur des outils spécialisés en marketing d’influence et en curation. La plateforme Traackr a pour mission d’aider les marques à identifier les influenceurs et à construire leur réseau en créant des projets de collaboration. 

En dehors des plateformes spécialisées, les marques peuvent aussi effectuer des recherches sur les réseaux sociaux en parcourant par exemple les « hashtags » en lien avec leurs produits.

Les collaborations peuvent être très variées : présence de l’influenceur à un événement de la marque, test et avis sur un produit, rédaction d’un article,  prise de photo, mise en scène avec le produit, etc.

 

Des exemples d’influenceurs et de collaborations avec les marques

EnjoyPhenix alias Marie Lopez dépasse les 2 millions d’abonnés sur sa chaîne YouTube. Spécialisée dans les thèmes liés à la beauté, à la mode et au lifestyle, la jeune YouTubeuse enchaîne les partenariats et multiplie les activités (collaboration avec les médias, rédaction d’un livre).

Norman est un Youtubeurs les plus suivis en France avec près de 7 millions d’abonnés. Humoriste populaire parmi les 18-24 ans, Norman fait des apparitions à la télévision dans des rôles secondaires et dans des publicités.

La blogueuse Caroline Receveur partage ses conseils sur la mode, la beauté, le sport et les voyages. Sa page Facebook réunit plus de 500 000 fans tandis que son compte Instagram comptabilise plus d’1 million d’abonnés.

Qorz est une star d’Instagram. Graphiste pour la télévision, le jeune homme partage sa passion pour la photographie avec ses 372 000 abonnés.

 

Le marketing d’influence est devenu en quelques années un nouvel outil dans la stratégie digitale des marques. Avec l’essor du web social et la multiplication des contenus sur les différentes plateformes, de nouvelles figures ont émergé. Les influenceurs constituent un nouveau moyen pour les marques de diffuser leur message et d’atteindre leur cible. Le marketing d’influence a encore de beaux jours devant lui. 

Pour intégrer les influenceurs à votre stratégie marketing, contactez-nous : contact@omymarketing.com

10 façons de rater son Community Management

        Né grâce au développement des réseaux sociaux et du web 2.0, le Community Management est aujourd’hui incontournable. Son rôle est de gérer la présence sociale d’une marque (blog, forum, réseaux sociaux).
            En constante évolution, le Community Management est aujourd’hui de plus en plus populaire. Mais animer et gérer une communauté ne s’improvise pas et le community management est encore victime de nombreuses idées reçues. Voici quelques mauvaises pratiques à bannir :

1. Multiplier les réseaux sociaux : inutile d’ouvrir un compte sur Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, Google+, LinkedIn, Snapchat et Pinterest. Sachez identifier les réseaux sociaux qui correspondent le mieux à votre activité et à votre cible. En multipliant les plateformes, vous risquez de vous disperser et de rendre votre présence sur le web social moins efficace.

2. S’improviser Community Manager : le rôle du community manager est à la fois d’accroître la notoriété de l’entreprise, dialoguer avec la communauté, mettre en place une veille tout en soignant l’e-reputation de l’entreprise. Il a également la tâche de produire les contenus utilisés. Bref c’est un vrai métier !

3. Donner le travail au nouveau stagiaire… et changer de stagiaire tous les 3 mois : le community management fait partie intégrante de la stratégie de communication de votre entreprise. Il doit respecter une charte graphique et éditoriale afin d’assurer la continuité de votre communication. Votre community management reflète l’image de votre marque et ses valeurs. Rien ne vous empêche de recruter un stagiaire pour seconder votre community manager.

4. Ne se fixer aucun objectif : comment savoir si votre community management est efficace si vous n’avez pas fixé d’objectifs dès le départ ? Avant de commencer, pensez à définir des objectifs (taille de la communauté, engagement, nombre de posts) et des indicateurs afin de suivre l’évolution de votre communauté.

5. Se focaliser sur l’augmentation de sa communauté : une erreur fréquente est de vouloir à tout prix avoir la plus grande communauté. Cette augmentation peut être « mécanique » : jeux-concours, posts sponsorisés, etc. Avoir des milliers de « likes » ne signifie donc pas toujours avoir réussi à recruter de nouveaux clients. Le taux de conversion (ratio acheteurs/visiteurs) est un meilleur indicateur que simplement la taille d’une communauté.

6. Publier toujours le même type de contenu : qui aimerait manger la même chose chaque jour ? Pour intéresser votre communauté, pensez à diversifier vos contenus : informations commerciales, témoignages clients, photos, vidéos, etc.

7. Ne pas répondre aux commentaires désagréables : être présent sur le web social signifie accepter de s’exposer aux critiques. Et la meilleure réaction est encore d’y répondre : savoir s’excuser en cas d’erreur de votre part voire même répondre avec humour.

8.  Ne jamais répondre aux commentaires : votre SAV passe également par les réseaux sociaux. Sachez répondre rapidement et efficacement à votre communauté à la recherche d’une information précise.

9. Publier sans planning de publication : le risque est de publier souvent en période creuse et de délaisser les réseaux sociaux lorsque vous êtes débordés. Pour éviter cela, planifiez chacune de vos publications en début de mois.

10. Ne pas se tenir informé des évolutions : la tendance est aux vidéos en direct avec l’arrivée de nouvelles fonctionnalités. Periscope sur Twitter ou le Live de Facebook vous permettront d’engager votre communauté d’une manière intéressante. Les évolutions du web 2.0 sont constantes. Le challenge est de réussir à se tenir informé pour pouvoir profiter de ces nouvelles occasions. 

 


Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire pour briller sur les réseaux sociaux.

Comment le storytelling peut faire exploser vos ventes !

Le storytelling, c'est l’art de raconter des histoires. Pour les marques, il représente une véritable composante de la stratégie de communication. Mais à quoi sert le storytelling ? Faut-il créer des histoires pour faire vendre ? Technique superflue ou réellement utile ?

 

Les bases du storytelling

Cette tendance importée des Etats-Unis n’est pourtant pas nouvelle. Depuis les histoires de notre enfance jusqu’au cinéma, les histoires ont toujours été une manière de communiquer des messages.

La force du storytelling réside dans sa capacité à transmettre des émotions. Et la science le prouve, les émotions ont une influence sur le comportement des consommateurs et leur intention d’achat.

 

Techniques du storytelling

Le storytelling doit donc s’inscrire dans la stratégie globale de communication de la marque. Il ne s’agit pas simplement de raconter une histoire. Il faut pouvoir créer de l’émotion, captiver son audience, donner vie à la marque, faire appel à l’imagination.

1. Le storytelling est personnel : sachez identifier des histoires propres à votre marque et à votre univers.

2. Soyez authentique : inutile d’inventer des histoires. Les raisons pour lesquelles votre marque existe peuvent vous inspirer. Examinez les défis rencontrés par vos clients et les problèmes auxquels vos produits répondent.

3. Faites preuve de créativité : utilisez des métaphores, les témoignages de vos clients. Ecrire et produire du contenu se décline aussi bien en texte, image ou vidéo sur des supports traditionnels que sur les réseaux sociaux.

4. Le storytelling nécessite avant tout de savoir écouter ses clients et leurs besoins.

 

Le storytelling s’impose donc à tous les niveaux de la communication d’une marque. Elément incontournable du marketing de contenu, il vous permettra d’enrichir la relation avec vos consommateurs, de créer une communauté attachée à votre marque, et de transformer vos prospects en clients.



(Pic from the salesblog)

L'actu web de la semaine

  • Local

Start’n Run, l’association des startups de la Réunion, est née ! Ses principaux objectifs : augmenter la visibilité des start-ups réunionnaises, accompagner les porteurs de projet et faciliter les échanges entre les membres. Leur annuaire réunit déjà près de 70 start-ups.
http://www.startnrun.re/

  •  International

Coca Cola dévoilait sa nouvelle stratégie marketing mardi au Palais de Tokyo à Paris.  La volonté est de regrouper ses produits sous une seule marque. La nouvelle campagne de publicité met en avant l’aspect émotionnel de la marque. « Taste the feeling » (savoure l’instant) se décline sur différents supports et s’accompagne d’un dispositif web « gifthefelling ».

  • Buzz

Clichés, le dernier clip du producteur de musique Hiérophante, souligne le manque d’originalité des photographies sur les réseaux sociaux. Ces « clichés » mettent en avant la fâcheuse tendance des utilisateurs à reproduire une même mise en scène.

Le marketing expérientiel, c'est quoi exactement ?

Marketing expérientiel ou marketing alternatif : ces mots ne vous disent peut-être rien et pourtant derrière eux se cachent des pratiques de plus en plus populaires.

Pour attirer de nouveaux clients, se démarquer de la concurrence, lancer un nouveau produit de façon originale ou augmenter la notoriété d’une marque, le marketing expérientiel représente une alternative intéressante aux outils traditionnels. 

Une rapide définition s’impose

Le marketing expérientiel permet d'engager le consommateur dans une relation avec la marque en lui offrant une expérience unique.  A cela s’ajoute une dimension participative. Le consommateur est impliqué et devient acteur de son expérience de consommation. 

     De la musique rythmée dans un magasin, la diffusion d’un parfum sur le lieu de vente, le détournement du mobilier urbain, les marques rivalisent de créativité pour se démarquer et accroître l’intérêt des consommateurs pour leurs produits. 

Quelques exemples d’expériences originales

  • Un ventriglisse géant installé en plein milieu d’un magasin Auchan à Bordeaux. Un record de 41 mètres de glissade et une chouette vidéo pour résumer cette opération originale.
  • A l’occasion de la journée de l’Amitié, Coca Cola a installé un distributeur automatique d’un nouveau genre. Pour pouvoir récupérer les précieuses bouteilles, obligation de se faire aider par un ami.
  • Lorsque MacDo détourne un passage piéton.
mac donald's guerrilla marketing alternatif

En conclusion, le marketing expérientiel replace l’émotionnel au cœur de l’expérience d’achat afin de créer un lien privilégié avec les consommateurs. Relayées sur les réseaux sociaux, ces opérations originales peuvent vite devenir virales ! Pour séduire de nouveaux consommateurs, les marques ont donc tout intérêt à intégrer ces méthodes alternatives à leur stratégie de différenciation.